LES FAITS SUR LA MAMMITE

La mammite est la maladie la plus souvent observée chez les vaches laitières et la principale cause d’utilisation d’antibiotiques chez cet animal.
Les pertes économiques associées à la mammite constituent une menace constante pour les producteurs canadiens, mais il est possible de réduire les risques en s’informant sur cette maladie et les différentes options de traitement.

Le Saviez-Vous?

LA GRANDE MAJORITÉ DES INFECTIONS INTRAMAMMAIRES NE DONNE AUCUN SIGNE CLINIQUE

Un troupeau de 100 vaches présentera 2 400 infections intramammaires par année, mais seulement 20 cas de mammite clinique. Cela signifie que la plupart du temps, la vache se débarasse de l’infection sans montrer de signe clinique1.

ATTENTION AUX ALGUES

Même des algues peuvent causer de la mammite chez les vaches. L’algue Prototheca a été détectée dans 6 % des fermes canadiennes2.

UTILISATION D’ANTIBIOTIQUES

La mammite est la principale cause d’utilisation d’antibiotiques chez les bovins adultes. Une étude a révélé que 48 % des antibiotiques prescrits à des vaches adultes visent le traitement d’une mammite3.

SOUVENT, LES ANTIBIOTIQUES NE SONT PAS NÉCESSAIRES

Dans 40 % des cas de mammite clinique, la culture de lait ne montre aucune croissance. Cela signifie que la bactérie n’est plus présente et que les antibiotiques ne sont pas nécessaires4.

DIMINUTION DES PERFORMANCES DE REPRODUCTION

La mammite nuit à la performance reproductive : elle retarde la gestation5.

VACCIN CONTRE E. COLI

Il existe des vaccins contre certaines souches de mammite bactérienne. J-Vac® aide à prévenir la mammite clinique causée par E. coli6.

PÉRIODES À RISQUE

Le risque de mammite est plus élevé durant certaines périodes du cycle de lactation. Au moment du tarissement et dans la période entourant le vêlage, les vaches présentent un risque 4 à 6 fois plus élevé de contracter une mammite clinique7.

COMPTAGE DES CELLULES SOMATIQUES

Le comptage de cellules somatiques dans le lait d’une vache correspond en fait au nombre de globules blancs. Il s’agit d’un marqueur de la réponse immunitaire de la vache, et non de la présence de bactéries8.

PROPAGATION PAR LE PROCESSUS DE TRAITE

Staphylococcus aureus peut causer une mammite chronique. Cette infection est contagieuse et peut se transmettre d’une vache à une autre, particulièrement durant la traite9.

LA MAMMITE EST DOULOUREUSE

Il a été établi que l’enflure du pis durant une mammite aiguë est source d’inconfort chez la vache10.

Références

  1. 1  Données de CBMQRN 2007-2008 du Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine et la qualité du lait.
  2. 2  CA Bauman, HW Barkema, J Dubuc, GP Keefe, DF Kelton. « Canadian National Dairy Study : Herd-level milk quality. » J Dairy Sci. Mars 2018; 101(3):2679‍-‍2691.
  3. 3  D’après CA Bauman et al. « Canadian National Dairy Study : Herd-level milk quality. » Dairy Sci. Mars 2018; 101(3):2679‍-‍2691.
  4. 4  Données de 2007-2008 du Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine et la qualité du lait.
  5. 5  Plus de services par conception (Barket et al., 1998; Schrick et al., 2001), taux de conception plus faibles (Santos et al., 2004; Lavon et al., 2011) et risque plus élevé de perte d’embryons (Chebel et al., 2004; McDougall et al., 2005).
  6. 6  Monographie canadienne de J-Vac.
  7. 7  Communication de CBMQRN 2007-2008 du Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine et la qualité du lait.
  8. 8  Publication du National Mastitis Council : Current concepts of bovine mastitis, 5e éd., 2016.
  9. 9  Publication du National Mastitis Council : Current concepts of bovine mastitis, 5e éd., 2016.
  10. 10  CE Fitzpatrick et al., « The effect of meloxicam on pain sensitivity, rumination time, and clinical signs in dairy cows with endotoxin-induced clinical mastitis. » J Dairy Sci. Mai 2013; 96(5):2847-56.